Return to site

Mon enfant aura-t-il des souvenirs de ses années passées à la crèche ?

· Anthony Stephanov

Chaque professionnel de la petite enfance a déjà croisé dans la rue un ancien enfant de la structure où il travaille. Le parent s’arrête, nous dit bonjour et lance à l’enfant « Tu reconnais ? Quand tu étais à la crèche ? ». L’enfant, sûrement intimidé, se cache derrière les jambes de son parent et ne répond rien. Et vous lui dites « Oh il ne se souvient plus de moi depuis le temps, c’est normal ».

La question des souvenirs des jeunes enfants ne se pose que depuis très peu de temps car il a fallu attendre l’émergence des neurosciences pour pouvoir véritablement répondre à cette question.

Pour preuve, jusqu’aux années 70, nous pensions tellement que les enfants ne gardaient aucun souvenir de leur petite enfance qu’ils pouvaient être opérés sans anesthésie. « A quoi bon les anesthésier puisque de toute façon ils ne s’en souviendront pas » disait-on il y a quelques années. Ce n’est pas si lointain puisque ça peut vous concerner ou concerner vos parents. Or, depuis le temps, nous nous sommes rendus compte que ce n’était pas si simple. Le cerveau d’un jeune enfant est bien plus complexe qu’il n’y parait.

Il est vrai, les neurosciences nous ont permis de mettre en lumière la grande immaturité du cerveau au moment de la naissance. En ce qui concerne la mémorisation des souvenirs, deux aires centrales sont sollicitées : l’hippocampe (nécessaire à la formation de souvenir) et le cortex préfrontal (nécessaire à la mémoire). Or ces deux aires sont totalement sous-développées à la naissance. Par exemple, ce n’est qu’à l’âge de 4 ans que l’hippocampe finit de se développer.

C’est donc vers 4-5 ans qu’un enfant peut commencer à créer des souvenirs et les mémoriser. Nous sommes bien loin de l’âge de la crèche, il est vrai.

Cependant, il s’agit de nuancer cela car avant 3 ou 4 ans, les souvenirs des enfants n’ont pas disparus, ils sont simplement enfouis. On sait maintenant que les expériences (positives ou négatives) que les jeunes enfants vivent avant 4 ans ont des effets durables sur l’ensemble de leur vie.

Et ce ne sont pas les meilleurs souvenirs qui restent en mémoire mais bien les souvenirs les plus récurrents, les plus quotidiens, comme observer tous les matins la même statue avant de venir à la crèche. Qu’importe qu’ils soient capables ou non plus tard de vous raconter ce moment, soyez en sûrs, ils ont une trace enfouie au fond d’eux de cette expérience particulière.

Les adultes autour de l’enfant que ce soit dans le cercle familial ou le cercle des professionnels de la petite enfance ont donc un véritable rôle à jouer.

Ce sont les valeurs que nous prônons et les expériences de vie que nous leur proposons qui vont petit à petit germer en eux pour faire d’eux les adultes de demain, et ce dès la naissance.

Juin 2019

Anthony Stephanov - Éducateur de Jeunes Enfants et Directeur chez Païdou

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK